Перевод этой страницы на Ваш язык отсутствует, поэтому Вам предлагается английский вариант. Выше Вы можете выбрать перевод этой страницы на один из других языков
Fiscal Amnesty
Главное меню > О нас > В новостях > Tv > France 2

France 2, 7 mai 2004
TJ 20h00

Inteview de M.Micheloud au TJ de 20h00 suite a la proposition du gouvernement Raffarin d'instaurer une aministie fiscale. Reaction sur le plateau de Dominique Strauss-Kahn


QuickTime
18'796 ko
4'107 ko
"Je pense que cela va beaucoup dependre de la maniere dont les gens vont ressentir la proposition a savoir : vont-ils pouvoir payer un impot et etre quitte ou pas mais surtout du taux d'imposition qui va s'appliquer a ces depots."
Francois Micheloud

RETRANSCRIPTION DU REPORTAGE 

Beatrice Schonberg : "Beaucoup de bruit a propos de la taxe sur les capitaux rapatries en france, pour financer un fond de cohesion socialeJean-Pierre Raffarin propose une forme d'amnistie d'evasion fiscale, une taxe inspiree par l'experience allemande. Cette amnistie, pour l'argent emporte en fraude a l'etranger suscite de nombreuses reactions et nous ecouterons dans un instant celle de Dominique Strauss-Kahn qui est notre invite, mais voyons d'abord le reportage ; Martin Guesse, Frederic Rotaz."

Voix off : La Suisse, le paradis fiscal par excellence, les grandes fortunes du monde entier connaissent ses banques et leurs secrets, un flux d'argent pratiquement continu. Chaque annee ce sont ainsi 1,5 mia d'euros qui quittent la France pour la Suisse, on vous propose meme de vous aider a ouvrir un compte sur internet. Tous les gouvernements europeens veulent faire revenir cet argent parti a l'etranger ; au debut de cette annee, l'Allemagne s'y est mise : c'est l'exemple choisi par Jean-Pierre Raffarin. Mais avec une taxation de 20% des capitaux rentrants, le retour est difficile et pour le gouvernement allemand, c'est l'echec. 

Dieter Ebeling : " Il avait espere recuperer 2 mia d'euros et en realite, dans les 3 premiers mois de cete annee, il n'en a recupere que 77 mio, ce qui n'est pratiquement rien."

Voix off :En Italie, l'amande etait plus faible, seulement 2,5% des capitaux echappes. L'argent est revenu, mais pour repartir aussi tot, car le probleme, ce n'est pas le retour, mais ce que l'Etat fait payer apres.

Francois Micheloud : "Je pense que cela va beaucoup dependre de la maniere dont les gens vont ressentir la proposition a savoir : vont-ils pouvoir payer un impot et etre quitte ou pas mais surtout du taux d'imposition qui va s'appliquer a ces depots."

Voix off :L'amnistie fiscale francaise en 1996 n'avait fait revenir que 240 mio d'euros. Ce soir, Matignon precise que le projet n'est qu'a l'etude au ministere des finances.

Beatrice Schonberg : "Dominique Strauss-Kahn bonsoir, ce projet n'est qu'a l'etude, mais vous devez tout de meme avoir un mot de reaction, que pensez-vous de cette forme ?"

Dominique Strauss-Kahn :" La France va mal, les Francais souffrent deu chomage, beaucoup de gens qui avaient trouve un emploi quand Lionel Jospin etait premier ministre le perdent, les expulsions locatives se multiplient et c'est dans ce contexte qu'ils ont vote contre le gouvernement aux elections regionales.

Beatrice Schonberg : "Peut-on commencer par la taxe si vous voulez bien."

Dominique Strauss-Kahn :"J'y viens, je voulais juste expliquer pourquoi elle n'est pas acceptable. Les Francais ont vote contre mais le gouvernemtn a fait semblant de les entendre. Je pense que le president de la Republique n'a pas simplement pas entendu, mais a eu tort de faire semblant. Les propositions qui sont faites aujourd'hui, sont des propositions qui vont exactement a l'encontre de ce qui a ete annonce. La Justice...

Beatrice Schonberg : "Alors, si vous voulez bien, pour que chacun comprenne, nous allons prendre mesure par mesure et prenons cette taxe sur l'evasion fiscale..."

Dominique Strauss-Kahn :"... La justice n'est pas au rendez-vous ; quand on propose une taxe qui consiste a rappatrier de l'argent de fraudeurs, on ne peut pas pretendre que ce soit une action de justice. Les Francais on dit :"on veut que l'on se preoccupe plus de la question sociale." et on leur repond par une mesure injuste."

Beatrice Schonberg : "Une mesure injuste par rapport a la morale ou a l'efficacite ?"

Dominique Strauss-Kahn :" La morale passe avant l'efficacite. Si c'etait efficace, cela pourrait justifier quelque chose qui serait moral, mais tout ca n'est pas moral et donc de toute facon, ce n'est pas le genre de mesure dans lequel il faut s'engager..."

Beatrice Schonberg : "Alors l'Italie..."

Dominique Strauss-Kahn :"On essaye de masquer ce genre de mesurette qui font discuter, comme vous l'avez dit fond beaucou parler. La realite de la politique est a l'oeuvre, mais la confiance ne se cree pas comme ca. Et je crains beaucoup qu'en recherchant, par une liste de mesures comme il nous a ete annonce, a montrer quelque chose que les Francais n'attendent pas, qu'on detruise la confiance car il n'y a pas de justice et pas de verite au rendez-vous."

Beatrice Schonberg : "Alors Nicolas Sarkozy a plaide justement pour ce retour a la confiance. Vous meme etiez a Bercy et avez plaide pour ce retour a la confiance necessaire a cette epoque pour la relance de l'economie, cela va dans le bon sens."

Dominique Strauss-Kahn :"Non, le retour a la confiance est necessaire, mais cela ne cree pas la confiance, cela cree la defiance. L'orsqu'un gouvernement fait plus de communications qu'il ne prend vraiment de politique, lorsqu'un gouvernement ne se preoccupe pas veritablement d'avoir une ligne sur l'emploi qui est le sujet principal pour la confiance des Francais, que vous venez d'evoquer, alors on ne peut pas etre surpris..."

Beatrice Schonberg : "La relance de la consommation..."

Dominique Strauss-Kahn :"Justement, la contradiction qui est au centre de la relance de la consommation, c'est que les quelques ressources que le gouvernement a, il les donne a ceux qui sont les plus riches, notemment par la baisse d'impot, qu'il l'epargne et qu'il ne consomme pas. Tant qu'on ne resoud pas cette contradiction la, il n'y a pas de politique de croissance et pas de politique de l'emploi dans notre pays"

Beatrice Schonberg : "L'augmentation du SMIC de 5% va dans le bon sens."

Dominique Strauss-Kahn :"L'augmentation du SMIC va evidemment dans le bon sens, elle est reguliere depuis des annees. On est tres loin de ce qu'il faudrait pour avoir, dans notre pays, aujourd'hui, une politique economique. Et dans ces conditions, je vcrains que la confiance ne revienne pas. Et c'est d'ailleurs pour cette raison que d'autres question qui ont ete parmis les mesures comme les actions qui touchent au domaine social..."

Beatrice Schonberg : "Alors l'instabilite sociale, juste une seconde..."

Dominique Strauss-Kahn :"Laissez moi y venir..."

Beatrice Schonberg : "Mais on a justement envie de vous entendre a ce sujet : la chasse au gaspillage, la chasse aux abus, 6 mia d'economies sur quelques annees, la reforme est un lien avec le pacte social. Que proposez-vous?"

Dominique Strauss-Kahn :"A nouveau, vous le voyez bien, il ne s'agit pas d'une liste de petites mesures, qu'il faut faire. D'abord, il faut avoir un objectif : garder la securite sociale et donc refuser les derogations. Ensuite, il faut avoir une methode, et ce que je reproche au gouvernement, c'est justement qu'il n'a pas de methode. Nous avons traite des retraites, maintenant on traite de l'assurance maladie, demain de l'uledique. Alors que c'est toute la corbeille sociale de notre pays qui est aujourd'hui en discussion. Il faut une discussion sur l'ensemble du pacte social, c'est le mot que vous-meme employez. Et pour discuter avec les Francais et les syndicats du pacte social, de la facon dont, dans les annees qui viennent, puisque les temps changent, nous alons pouvoir nous occuper de la question sociale, on ne va pas aligner des petites mesures les unes derrieres les autres. Il faut de la methode.

Beatrice Schonberg : "Donc vous etes pour une grande reforme."

Dominique Strauss-Kahn :"Oui, et il faut de la methode et aujourd'hui il n'y a pas de methode, il y a des mesurettes, et il faut aussi, disont le clairement, il faut de la transparence, c'est bien de dire qu'il y a des fraudeurs, c'est mal d'accuser tous les Francais comme j'ai entendu le ministre de la sante il y a quelques jours a propos de la carte vitale. Or l'Etat lui-meme est le plus grand des fraudeurs, regardez le."

Beatrice Schonberg : "Mais Dominique Strauss-Kahn, que fait on quand il y a 13 mia de..."

Dominique Strauss-Kahn :"Eh bien justement, on evite de prendre a la securite sociale ce qui lui revient. toute la surtaxation du tabac et de l'alcool va aller a l'Etat alors qu'elle devrait aller a la securite sociale. Rendons les comptes transparents, ayons une methode de discussion sur le..."

Beatrice Schonberg : "Mais qu'est-ce qu'on a fait avant ?"

Dominique Strauss-Kahn :"Avant, c'etait consacre a une question sociale, c'etait les 35 heures. Le gouvernement l'a retire de la question sociale et des 35 heures, et l'a rendu a l'Etat, il faut le laisser au social et en l'occurence a l'assurance maladie. Et si'lon fait ca, ce sera deja 11 mia que l'on aura trouve. Une methode, une transparence, la verite sur ce qui se passe et a ce moment la on peut esperer retrouver la confiance. Mais ajourd'hui on a rien de tout cela et en plus, on a des branlements que chacun voit a la tete de l'Etat, alors entre la concurrence que se livrent les ministres ou premier ministre fait que, honnetement, je crains que pour notre pays, la confiance n'est pas au dendez-vous."

Beatrice Schonberg : "Alors si vous le voulez bien, une question sur les intermittents, je sais que vous etes un homme qui aime l'art, un homme de culture, on est a quelques jours du festival de Cannes, que dites-vous aux intermittents, est-ce que vous en appelez a leur responsabilite?"

Dominique Strauss-Kahn : " [rires] C'est une maniere de poser la question. Je la poserai differemment. On s'est moque des intermittents. Le president de la republique, au lendemain des elections regionales a dit aux intermittents : "On s'est trompes, on va regler le probleme." Et
aujourd'hui on ne le regle pas. On a avance quelques malheureux millions, qu'ils ont evidemment pris our une aumone et els avaient raison. Je ne souhaite pas qu'ils bloquent les festivals, puissent avoir lieu, mais avant cela, la bonne methode pour y arriver, ce n'est pas de demander aux intermittents de s'asseoir sur leurs revendications ou d'y renoncer, c'est de regler le probleme des intermittents et de ne pas s'en moquer, des que vous ecoutez ce que les Francais ont dit quand ils ont vote le 21."

Beatrice Schonberg : "N'a-t-on pas laisse faire pendant trop d'annees, precisement sur ce domaine ?"

Dominique Strauss-Kahn : "Sans doute qu'il y a un probleme sur le regime des intermittents personne ne le nie, mais le fait qu'il y ait un probleme ne veut pas dire qu'il doit etre regle uniquement au depens de ces intermittents. Et de devoir encore moins dire que l'on peut etre le president de la republique en France, intervenir apres des elections perdues, dire aux francais, dans une formule qui reprenait un "je vous ai compris" qui etait plus ancien et ensuite voir que le mois qui suit, aucune des mesure que l'on attendait n'est prise, aucune des solutions n'est apportee. Croyez vous vraiment, vous qui parliez a juste raison de confiance, que c'est comme cela que l'on peut la retrouver et mener une politique dans notre pays ?

-Beatrice Schonberg : "Merci Dominique Strauss-Kahn d'avoir repondu en direct a nos questions."


Информация, опубликованная на этом сайте, не может служить заменой профессиональной юридической консультации, учитывающей особенности Вашего конкретного случая. Мы не можем принять на себя какую-либо ответственность за последствия решений, принятых на осн

© Micheloud & Cie 2008      Tel. ++41 21 331 48 48  info@switzerland.isyours.com. ??????? ????? ????? ????? ?? ????? ???? ?????????????? ? ?????-???? ????? ??? ?????? ???????????????? ??????????? ??????????. Печать из http://Switzerland.isyours.com/r/o_kompanii/fr2bis.html